Crédit immobilier : taux de variation de prix des biens

La baisse incontestable des taux de crédit est à l’ordre du jour, cependant bon nombre de gens se demande comment vont évoluer le prix de l’immobilier. Effectivement, c’est un phénomène qui semble difficile à prédire, sous prétexte qu’il y a tellement de facteurs économiques et psychologiques qui entrent en jeu.

Ainsi, il s’avère impossible de présager le taux de variation du prix de logement à l’avenir. Sauf que, les projections ou observations effectuées sur ces facteurs donnant des répercussions sur le prix permettent d’obtenir une tendance sur les cas qui ont le plus de chance d’apparaître.

Comment se présente le prix de bien en ce moment ?

Encourager par le taux d’intérêt en chute libre, beaucoup de particuliers s’engagent dans le crédit immobilier ou bien le crédit maison. Alors, il faut savoir qu’actuellement les prix des biens tendent à augmenter, mais pas partout. En France, on constate une hausse de prix dans les zones métropoles, souvent attractives. Par contre, on enregistre une baisse dans les endroits éloignés, voire l’effondrement de prix dans les localités rurales. Par exemple, il y a des secteurs ou les résidences secondaires s’apparentent à la grande braderie.

Quoi qu’il en soit, le neuf se trouve actuellement dans la cote, grâce surtout au dispositif Pinel qui marche bien et le crédit maison accessible à tous les ménages. La loi Pinel s’agit d’une réduction d’impôts en contrepartie d’une mise en location de bien neuf acquis pendant au moins 6 ans.

Acheter ou vendre ?

Ces derniers temps, la tendance s’oriente plus vers l’achat, étant donné que les acheteurs bénéficient d’une belle marge de négociation. Or, ils ont également du choix, désormais, on peut réfléchir et choisir. En gros, les acheteurs sont en position de force, même si le prix de bien monte. En effet, les acquéreurs sont moins nombreux, et le vendeur ne dispose plus qu’un seul acheteur potentiel au lieu d’en avoir trois, bref, il n’aura pas de choix.

Prêt immobilier : le bon moment

En ce moment, le secteur immobilier est en train de se heurter à son apogée. Le crédit immobilier laisse transparaître le pourcentage de taux le plus bas de l’histoire. Or, en face, il y a la politique d’Etat qui favorise le secteur. Ainsi, ce taux a aujourd’hui atteint un niveau plus bas que 2 %, soit 1,55 % pour un dossier moyen. Pour les désireux de devenir propriétaire, c’est le moment de passer à l’acte. Il n’a jamais été aussi facile d’acquérir un bien immobilier. En revanche, pour les personnes déjà proprios, c’est autant la période idéale pour renégocier le crédit maison.

Pourquoi renégocier maintenant ?

En renégociant un emprunt immobilier, on peut gagner une grosse économie, et des années de remboursement en moins. Il est ici question d’une baisse des mensualités, qui permet de faire des épargnes et pourquoi pas penser à d’autres projets.

Pour en bénéficier des taux plus bas, il faut faire jouer la concurrence entre les banques. En effet, les créanciers semblent ne plus avoir le choix, pour énerver leurs clients, ils doivent faire baisser leurs taux. Cette renégociation de plusieurs emprunteurs déclenche la réaction en chaîne de la diminution des taux auprès des créanciers.

La banque restera-t-elle généreuse pendant longtemps ?

Cette remise représente une bonne occasion pour les particuliers de se lancer dans l’investissement immobilier. Actuellement, il n’y a pas de raison que les taux remontent fortement. Mais, dans un futur proche, ce taux risque d’attaquer les marges des créanciers.

Pour que ce taux puisse monter, il faudra une extraordinaire hausse de l’inflation. En d’autre terme, il faut une grande demande d’aide aux déficits budgétaires. D’autre part, le scénario idéal serait que le taux monte progressivement, en conséquence, les gens se diront quand même que c’est le moment d’emprunter avant que ceci soit trop haut.

Marché immobilier : les faces cachées

En ce moment, le marché de l’immobilier n’échappe pas au projecteur des médias. En effet, le taux de crédit immobilier n’a jamais affiché un aussi bas niveau qu’aujourd’hui. A côté de cela se tiennent les appuis significatifs de l’État. Les opérations financières dans ce secteur connaissent une dynamiste intense. Ainsi, on constate beaucoup de demandes, que ce soit des investisseurs ou particuliers. Bref, c’est le moment où jamais d’investir dans la pierre.

Bien entendu, bon nombre de ménages dépose une demande pour obtenir le crédit immobilier. Cependant, constituer un dossier pour soutirer le crédit maison n’est pas un combat gagné d’avance. Certes, les taux sont bas, mais pour en profiter, encore faut-il décrocher un prêt.

Quels profils d’emprunteur favorisent les banques ?

Apres le resserrement de crédit immobilier, les banques semblent de nos jours, chouchouter les primo-accédants. En effet, les créanciers offrent désormais un taux très attractif à ses jeunes investisseurs. Or, le niveau d’apport personnel qui était autrefois 20 % minimum baisse aujourd’hui. Cette politique a ainsi relancé les transactions, jusqu’à ranimer le marché. Cependant, cela ne va jusqu’à provoquer une hausse des prix de l’immobilier.

Quelles conséquences pour la rentabilité ?

Cette tactique de baisse de taux affiche cependant une difficulté, notamment pour les banques. Car, l’idée dernière les taux bas étaient d’aller chercher les volumes. Effectivement, en abaissant autant les taux de crédits, il faut s’attendre à une forte demande d’emprunt. De ce fait, la rentabilité des banques n’est pas tout à fait au point, parce que les marges ne se gagnent pas forcement sur le volume.

En conséquent, cette aubaine du secteur immobilier écrase un peu les marges, d’où les soucis de rentabilité des banques. On peut conclure que cette pression sur les marges d’intérêt pourrait produire des crises potentielles des banques.