Tout savoir sur le crédit immobilier

Un crédit immobilier se définit comme un prêt octroyé par un établissement financier, notamment par une banque, afin de financer une partie ou l’intégralité d’un projet immobilier. Il s’agit d’un emprunt qui concerne l’achat, les travaux ou la construction d’un bien immobilier. En effet, le crédit immobilier s’accompagne toujours d’une garantie de remboursement. Ainsi, quel que soit le genre de prêt immobilier, son acquisition tient compte du revenu et de la situation de ménage de l’emprunteur.

Les conditions exigées par la banque pour un prêt immobilier

Afin d’obtenir le crédit maison, beaucoup de critères peuvent se lier à la nature du projet et au profil de l’emprunteur. Mais, a priori l’acceptation d’un dossier dépend souvent le l’apport personnel et du revenu. Alors, la banque a installé la règle de 33 %. En gros, le taux d’endettement ne doit pas dépasser 33 % du revenu du débiteur.

En outre, l’apport personnel représente le point central et indispensable qui constitue le fondement d’un crédit immobilier. C’est la somme dont dispose l’emprunteur pour financer son propre projet. Traditionnellement, cet apport peut atteindre 20 % du montant total du bien, mais le minimum demandé par les banques est de 10 %. Bref, cette somme est en mesure de définir vos meilleures conditions de prêt.

C’est quoi les frais de dossier ?

Il s’agit de frais qu’applique le créancier dans l’étape de la composition d’un dossier de crédit immobilier. En effet, elle n’est mise en pratique que lorsque la banque a accepté un dossier. Par ailleurs, ces frais sont intégrés dans le TEG (montant réel du crédit immobilier).

En général, les frais de dossier sont équivaut à 1 % de la somme prêtée. Par exemple, pour un emprunt de 300 000 euros, les frais seront 3 000 euros. Or, il faut savoir que ces frais sont tout à fait négociables.

Marché immobilier : les faces cachées

En ce moment, le marché de l’immobilier n’échappe pas au projecteur des médias. En effet, le taux de crédit immobilier n’a jamais affiché un aussi bas niveau qu’aujourd’hui. A côté de cela se tiennent les appuis significatifs de l’État. Les opérations financières dans ce secteur connaissent une dynamiste intense. Ainsi, on constate beaucoup de demandes, que ce soit des investisseurs ou particuliers. Bref, c’est le moment où jamais d’investir dans la pierre.

Bien entendu, bon nombre de ménages dépose une demande pour obtenir le crédit immobilier. Cependant, constituer un dossier pour soutirer le crédit maison n’est pas un combat gagné d’avance. Certes, les taux sont bas, mais pour en profiter, encore faut-il décrocher un prêt.

Quels profils d’emprunteur favorisent les banques ?

Apres le resserrement de crédit immobilier, les banques semblent de nos jours, chouchouter les primo-accédants. En effet, les créanciers offrent désormais un taux très attractif à ses jeunes investisseurs. Or, le niveau d’apport personnel qui était autrefois 20 % minimum baisse aujourd’hui. Cette politique a ainsi relancé les transactions, jusqu’à ranimer le marché. Cependant, cela ne va jusqu’à provoquer une hausse des prix de l’immobilier.

Quelles conséquences pour la rentabilité ?

Cette tactique de baisse de taux affiche cependant une difficulté, notamment pour les banques. Car, l’idée dernière les taux bas étaient d’aller chercher les volumes. Effectivement, en abaissant autant les taux de crédits, il faut s’attendre à une forte demande d’emprunt. De ce fait, la rentabilité des banques n’est pas tout à fait au point, parce que les marges ne se gagnent pas forcement sur le volume.

En conséquent, cette aubaine du secteur immobilier écrase un peu les marges, d’où les soucis de rentabilité des banques. On peut conclure que cette pression sur les marges d’intérêt pourrait produire des crises potentielles des banques.